Le Groupement d'Intérêt Public de Grigny et Viry-Chatillon

Présentation Cohésion Sociale

La cohésion sociale est centrale dans le projet de territoire de Grigny et Viry Chatillon élaboré en 2000, pour répondre à la réalité constatée d’un fort décrochage de la situation des habitants par rapport à celle des communes voisines. Cette exigence a ainsi placé en « cœur de cible » du projet de territoire l’action auprès des très jeunes enfants, la réussite scolaire des jeunes et l’accès à l’emploi des habitants. En complément de ces objectifs d’amélioration de la situation des habitants, des actions ont été engagées en vue d’améliorer leur cadre de vie, et d’autres pour dynamiser les ressorts du développement économique local.

Du projet au concret

Cette exigence s’est concrétisée, dans le cadre du Grand Projet de Ville, par l’engagement des acteurs compétents sur ces thématiques pour améliorer collectivement le service public en réponse aux besoins spécifiques de la population. Des progrès réels ont été réalisés dans l’accueil des petits enfants et l’accompagnement des familles, dans la meilleure coordination des acteurs éducatifs et dans le développement d’un service de proximité de l’emploi et le renfort de l’offre d’insertion. Pour autant en 2006, force est de constater que la situation des habitants ne s’améliore pas globalement, et donc que l’action publique concertée doit se poursuivre et s’ajuster pour répondre aux priorités identifiées.

 

Les objectifs du Contrat Urbain de Cohésion Sociale (CUCS)

Le CUCS, a été signé en 2007 pour prolonger l’effort de développement social et urbain initié dans le cadre du Grand Projet de ville. L’évolution des politiques nationales et les mouvements de décentralisation ont une incidence sur la capacité à stabiliser localement des accords de coopération autour de priorités partagées entre les collectivités et les services de l’Etat ou du conseil Général. Pour autant, un certain nombre de pistes sont à l’œuvre dans le CUCS ; et prochainement en 2009, l’efficacité de ce contrat dans sa capacité à agir concrètement sur les réalités vécues par habitants, et à coordonner sur le plan local les politiques publiques, sera évaluée.

 

La dimension opérationnelle

Les projets de rénovation urbaine, sont entrés en phase opérationnelle. Le passage à l’action oblige à mieux répondre aux habitants sur leurs préoccupations courantes en matière d’emploi, d’éducation, de santé et de convivialité.

Ainsi, l’ambition des projets de cohésion sociale doit viser tout autant :

  • la résolution concrète des difficultés de vie quotidienne – à travers notamment des postes d’insertion sur les chantiers, la qualité du relogement induit par les démolitions, le maintien de services de proximité et l’amélioration de l’entretien et de la tranquillité dans les quartiers, sans peser sur les charges,
  • l’ajustement sur le territoire des grandes politiques publiques aux besoins des populations vivant dans nos quartiers. La mobilisation des dynamiques locales de développement économique et urbain est tout autant un facteur clé pour la réussite de l’ambition de cohésion sociale, ainsi que s’y emploient les collectivités et leurs partenaires.