Le Groupement d'Intérêt Public de Grigny et Viry-Chatillon

Santé

Après un an de co-construction associant les acteurs de terrain, le Contrat Local de Santé (CLS) de Grigny et Viry-Chatillon a été adopté à l’unanimité à la conférence de territoire de l’Agence Régionale de Santé (ARS) le 30 janvier 2014 et aux Conseils municipaux des villes de Grigny et Viry-Chatillon le 13 février 2014.

Ce projet de Contrat Local de Santé représente pour le territoire une opportunité :

  • d’une part de consolider  les réalisations probantes menées depuis 2007 au travers d’un plan d’actions en santé bien-être, dont la coordination a été confiée à un Atelier Santé Ville créée à cette occasion.
  • d’autre part de donner, dans la durée, un nouvel élan aux réponses partenariales apportées à la population.

Ce nouvel élan est particulièrement nécessaire au vu de l’acuité des besoins en santé bien-être de ce territoire fortement déficitaire par rapport aux moyennes départementales et régionales :

  • Des indicateurs d’espérance de vie et de mortalité particulièrement défavorables sur Grigny
  • Un faible recours au dépistage du cancer
  • Un taux d’affections de longue durée élevé
  • Des indicateurs de périnatalité (grossesses à suivi incomplet et mères de moins de 20 ans) inquiétants
  • Des taux élevés de surpoids chez les enfants des deux communes
  • Une couverture vaccinale qui semble insuffisante sur les deux communes
  • Une offre libérale de soins déficitaire
  • Une offre publique de soins sous tension
  • Le territoire est par ailleurs marqué par une grande précarité qui se mesure par l’importance de ses poches de pauvreté parmi les plus pauvres d’Ile de France.

 

Au travers de ce contrat, l’Etat, l’ARS, les deux villes et la CPAM partageront la volonté de garantir pour les habitants, notamment les jeunes, les personnes âgées et les personnes en situation de précarité, un accès à une offre globale de santé, ceci à travers 3 axes prioritaires se déclinant eux-mêmes en une quinzaine d’actions :

  • Axe 1 : Développer l’offre de soins, la coopération sur les prises en charge et l’accès aux droits
  • Axe 2 : Consolider et développer la prévention et la promotion de la santé
  • Axe 3 : Bâtir une approche globale et coordonnée de la santé mentale

 

Le Contrat Local de Santé de Grigny et Viry-Chatillon prend en compte la santé au-delà d’une vision purement médicale. L’amélioration de la santé des personnes relève de l’ensemble des politiques publiques qui impactent les déterminants sociaux et territoriaux de la santé.

 

A ce titre, le positionnement du CLS en tant que volet santé du prochain contrat de ville devrait pouvoir permettre une articulation avec l’ensemble des politiques publiques, en particulier éducatives, et représenté ainsi un outil partagé de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé couvrant les champs de la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins et l’accompagnement médico-social.

Les élus de Grigny et Viry-Chatillon, dans le cadre du projet de territoire formalisé par le Contrat Urbain de Cohésion Sociale, se sont fixés comme un enjeu fort de garantir à chacun le droit à la santé.

Piloté par les collectivités locales – en partenariat avec le Conseil général de l’Essonne, la DDASS, l’Inspection Académique et la CPAM – un travail de diagnostic a conduit à des pistes d’action en matière de santé pour répondre aux inégalités d’accès aux soins constatées. Trois axes ont été retenus « le développement de l’offre libérale et la permanence des soins », « Enfance et périnatalité », « Santé mentale et addictions », sur lesquels une cinquantaine de professionnels des secteurs médicaux et sociaux ont été consultée.

 

 

Les principaux constats

De nombreuses familles vivent dans une grande précarité, notamment à Grigny où, en 2007, 17,7 % des bénéficiaires affiliés à la CPAM de l’Essonne relevaient de la CMU complémentaire (contre 5,2% en Essonne)

L’offre libérale est fortement sous dimensionnée au regard des besoins identifiés. Ainsi, entre 2002 et 2007, 20 médecins libéraux ont quitté Grigny pour seulement 2 implantations. Autre indicateur, la faible densité de spécialistes qui est de 2,3/10000 hab. à Grigny, de 4 à Viry-Chatillon, pour une moyenne départementale de 8,4.

L’offre publique reste également insuffisante face aux besoins croissants de la population. Ainsi, la PMI de Grigny voit 90% des enfants dans leur première année de naissance, soit 2,3 fois la moyenne départementale. Malgré des efforts certains, il apparaît difficile de faire face au nombre croissant des naissances. Par ailleurs, l’offre en CMP et CMPP est saturée sur les deux villes et génère de longs délais d’attente.

Pistes d’actions principales

Pour maintenir et développer l’offre de professionnels libéraux et améliorer leurs conditions d’exercice

  • De nouvelles aides à l’installation

Les exonérations sociales et fiscales au titre de la Zone Franche Urbaine, ainsi que le projet de création d’un centre-ville à Grigny, constituent des atouts en matière d’attractivité du territoire.

Le classement programmé de Grigny en « zone déficitaire » constituera un atout supplémentaire puisque cette mesure propose des aides au maintien et à l’installation des médecins généralistes.

  • Une offre immobilière sécurisée et attractive à l’étude

Le GIP, pour les villes et leurs partenaires, étudie la faisabilité de création à moyen terme d’une Maison Pluridisciplinaire de santé en centre-ville de Grigny. Il est également étudié à plus long terme (horizon 2013), dans le cadre de la rénovation urbaine, la faisabilité de création d’une offre spécifique à la Grande Borne pour répondre au besoin de regroupements des professionnels de santé.
Pour promouvoir la santé infantile physique et psychique

  • Renforcer l’offre publique en santé infantile psychique

Le rapport recommande un renforcement de l’effectif du CMP pour la prise en charge de la souffrance psychique des enfants, ainsi que pour l’orthophonie. En effet, d’une part les délais moyens d’attente pour une prise en charge au CMP oscillent entre 3 et 6 mois, avec une liste d’attente de 80 enfants début 2008 ; D’autre part, la ville ne compte qu’un orthophoniste récemment implanté.

  • Renforcer les moyens en santé scolaire

La création d’un centre Médico-scolaire à Viry-Chatillon est à l’étude afin d’améliorer la proximité entre l’équipe de santé scolaire et les familles, et faciliter la concertation avec les autres professionnels locaux.

  • Améliorer l’accompagnement des familles pour les soins de longue durée aux enfants

Les familles se déplacent facilement pour des soins aigus, mais ont davantage de difficultés à assurer une démarche curative ou préventive régulière (consultations PMI, suivi en CMP, orthophonie …). Il s’agit donc de sensibiliser et accompagner individuellement des parents pour effectuer les soins après les dépistages

Pour développer la prévention et la prise en charge en santé mentale pour les adolescents et les adultes

  • Clarification des protocoles d’hospitalisation sous contrainte à Viry-Chatillon
  • Création d’un café social à Grigny
  • Développement des échanges entre la psychiatrie et les relais habitant

Pour améliorer la concertation entre professionnels et la communication avec les habitants

  • Construction d’un premier Plan local de prévention
  • Mise en place de formations spécifiques à destination des professionnels de santé
  • Développement de la participation des habitants

Un Atelier Santé Ville a été mis en place début 2008 afin de faire aboutir ces pistes d’action avec les professionnels de santé et les acteurs locaux, ainsi qu’en lien étroit avec les habitants.