Le Groupement d'Intérêt Public de Grigny et Viry-Chatillon

capture-decran-2016-06-27-a-14-50-05

La géothermie arrive chez vous !

Téléchargez le dossier sur la géothermie à Grigny

Dès l’hiver 2017, la géothermie arrivera dans de nombreux foyers grignois et castelvirois. « La patience a beaucoup plus de pouvoir que la force » dit le proverbe. De patience et de constance, les villes de Grigny et de Viry-Chatillon n’en ont pas manqué. Tout a commencé en 2008. Le Grenelle de l’environnement a identifié l’énergie géothermale issue des sous-sols de la terre comme une énergie d’avenir et, notamment, à Grigny et Viry-Châtillon. Si nous n’avons pas de pétrole, nos villes ont la chance d’avoir sous leurs pieds une eau à 71°C. Après l’obtention du permis minier, nécessaire pour creuser un forage, les deux villes décident d’une gestion publique du réseau et créent la Société d’Exploitation des Energies Renouvelables (voir page 4) qui instaure un comité des usagers grignois et castelvirois. Une nouvelle étape est franchie en 2015 lorsque l’Ademe (Agence de l’environnement et de maîtrise de l’énergie) et le Fonds Chaleur de la région Ile-de-France décident de subventionner, de manière exceptionnelle, 31% du coût du projet. Autre bonne nouvelle, l’Etat a attribué au mois de mai 2016 la somme de 2,6 millions d’euros au titre du fonds de soutien à l’investissement local. Ces années de travail acharné n’auront pas été vaines. Cet été, les travaux vont démarrer à Grigny avec l’objectif de fournir du chauffage géothermal dès l’hiver 2017 aux Grignois et Castelvirois. Avec la géothermie, et la diminution de 15 000 tonnes par an des émissions de carbone (CO2), nous nous inscrivons dans un combat essentiel pour les générations futures. Le gain est aussi social et économique avec une réduction signifi cative des charges de chauffage dont le niveau est trop élevé. Autant de raisons de nous réjouir.

Qu’est-ce que la géothermie ?

La géothermie est une chaleur qui vient du sous-sol Plus on descend sous terre, plus la chaleur est élevée. En moyenne, elle augmente de 3,3°C tous les 100 mètres. A Grigny et Viry-Chatillon, nous avons la chance d’avoir à 1 600 m de profondeur une eau à 71°. Avec le réservoir du dogger situé sous l’Ile-de-France, le bassin parisien dispose de la plus grande densité mondiale de chaleur géothermique.

Mode d’emploi de la géothermie à Grigny et Viry-Chatillon

Les villes de Grigny et de Viry-Chatillon disposent de réseaux de chaleur. Ces systèmes de chauffage collectif seront alimentés demain par la géothermie profonde. L’eau chaude chauffée par l’énergie géothermale circule dans un réseau de tuyaux. Elle est acheminée jusqu’à des sous-stations qui alimentent chaque logement en chauffage et eau chaude sanitaire.

Centrale géothermique

L’échangeur thermique permet de transmettre la chaleur géothermale dans le réseau primaire de chauffage urbain. Les eaux ne se mélangent jamais.

Chaufferie gaz

pour le mix-énergétique Le réseau de chaleur ne sera pas 100% géothermique, un mix-énergétique est prévu avec des chaufferies d’appoint pour les périodes de grand froid. La répartition prévue est 70% en géothermie et 30% de chaleur fournie par les chaudières gaz.

Sous-station

C’est un local abritant un poste de raccordement, qui assure le transfert de chaleur du réseau de distribution (réseau primaire) au réseau d’utilisation (réseau secondaire). C’est le trait d’union entre la fourniture de chaleur et le client final.

Qui est concerné ?

Le réseau de chaleur alimentera les quartiers d’habitat collectif :

Les Sablons, les Tuileries, le centre-ville de Grigny, la Grande Borne (uniquement en appoint pour l’eau chaude sanitaire), le Plateau de Viry-Châtillon. Les équipements publics des deux villes, écoles, gymnases, collèges… seront aussi reliés à ce réseau. Ce sont plus de 10 000 logements  qui seront raccordés à ce réseau de chaleur.

Qui va gérer ?

Les villes ont choisi d’avoir une gestion publique de ce réseau de chauffage par la géothermie et de donner une place à l’usager dans la gestion.

La structure juridique retenue est celle d’une Société Publique Locale (SPL). Ainsi, en 2014 a été créée la société d’exploitation des énergies renouvelables (SEER) dont les missions sont la mise en oeuvre et l’exploitation du réseau de chaleur géothermique. Le capital de cette société est détenu à 51% par le SIPPEREC (Syndicat Intercommunal de la Périphérie de Paris pour les Energies et les Réseaux de Communication) et à 49% par les villes de Grigny (34%) et de Viry-Chatillon (15%).

Quelle est la place des usagers ?

Les habitants, utilisateurs du réseau de chaleur sont représentés par un comité des usagers qui est consulté avant toute décision importante et qui est aussi force de proposition auprès de la direction de la Société Publique Locale. Douze membres, désignés par les actionnaires, composent ce comité. Parmi eux, 5 sont des censeurs (2 représentants de la ville de Grigny, 1 représentant de la ville de Viry-Chatillon, 2 personnalités qualifiées). Ils assistent, notamment, aux réunions du conseil d’administration.

Qu’est-ce qui est compris dans le prix de la chaleur ?

Le prix de la chaleur intègre le remboursement de l’emprunt, l’exploitation du réseau et la constitution d’un fonds pour réaliser des travaux de modernisation future. L’emprunt sera donc remboursé grâce aux produits de vente de la chaleur. Il a été fait le choix de rembourser les emprunts sur 30 ans. Ce qui permet d’avoir un remboursement annuel moins élevé et obtenir un coût de chaleur plus économique immédiatement.

Quels sont les atouts de la géothermie ?

– Un taux de TVA réduit à 5,5 %.

– Un prix stable sur le long terme :

Pourquoi ? C’est une ressource maitrisable localement et non soumise aux fl uctuations du marché et autres aléas géopolitiques.

De plus, le gaz, soumis aux importantes fl uctuations du marché, ne représente qu’un quart du prix global de la chaleur (mix énergétique).

– Une énergie renouvelable non soumise aux taxes liées aux émissions de gaz à effet de serre.