Le Groupement d'Intérêt Public de Grigny et Viry-Chatillon

Présentation du Territoire

Situées à 30 kilomètres au Sud de Paris, les communes de Grigny et Viry-Chatillon rassemblent plus de 58 000 habitants.

La progression démographique et l’industrialisation de la région parisienne à la fin des années soixante ont participé au développement des communes de Grigny et Viry-Chatillon, le long de l’autoroute A6. Cependant, l’urbanisation rapide et massive à Grigny qui a fait passer la commune de 6000 à près de 27 000 habitants a provoqué des déséquilibres urbains, économiques et sociaux que les dispositifs de la politique de la ville et de rénovation urbaine au cours de la dernière décennie se sont donné pour objectif de corriger.

CarteterritoireGIP

Ses quartiers juxtaposés et enclavés  appellent une plus grande intégration dans le tissu communal et intercommunal.

 

Juxtaposés à un tissu pavillonnaire ou villageois ancien, de vastes quartiers eux-mêmes juxtaposés entre eux sont marqués par les conceptions urbaines des années ‘50. Ils ont accueilli entre la fin des années 60 et le début des années 70 environ 70% des habitants des deux villes qui habitent aujourd’hui en quartiers prioritaires CUCS (cf. carte)

  • La Grande Borne : 3 300 logements (après démolitions) sur 90 hectares ; 12 000 habitants
  • Les quartiers des Sablons et des Tuileries qui sont regroupés dans la copropriété de Grigny 2 : 5 000 logements sur 30 hectares ; 14 400 habitants – 17 000 estimés
  • Les Coteaux de l’Orge : 1 900 logements sur 20 hectares ; plus de 4 000 habitants
  • Le Plateau à Viry-Chatillon, 2 400 logements, environ 6 500 habitants
La configuration de ces grands ensembles reflète les principes du fonctionnalisme préconisé par les architectes et urbanistes du Congrès International de l’Architecture Moderne : séparation des fonctions urbaines, dissociation de la rue et de l’immeuble, stationnement en périphérie ou en silos, vastes espaces extérieurs peu qualifiés, industrialisation des process de construction, implantation sur des sites bien desservis (voies rapides, RER D) mais éloignés des cœurs de ville.

 

Un territoire qui demeure marqué par des poches de pauvreté importantes

 

Les quartiers prioritaires identifiés dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion Sociale en 2007 (ZUS Grande Borne, ZUS Grigny 2, ZUS Coteaux de l’Orge, quartier CUCS Le Plateau) accueillent près de 70% des habitants des deux villes.

En 2013, les travaux préparatoires à la révision de la géographie prioritaire et à la future contractualisation menés par le GIP de Grigny et Viry-Chatillon, avec l’expertise externe du cabinet MENSIA, ont fait apparaître que les poches de précarité du territoire sont les plus pauvres du département avec plus de 35% d’habitants sous le seuil de pauvreté, ce taux atteignant 45% sur les sites sensibles de Grigny (Grande Borne et Grigny2).

En outre, cette pauvreté monétaire touche un grand nombre de personnes (7700 unités de consommation).

La situation de la commune de Grigny est particulièrement préoccupante et s’étend sur le quartier limitrophe de la Grande Borne à Viry-Chatillon, le Plateau. Le diagnostic relève une tendance à la baisse des revenus à l’échelle du quartier inquiétante qui subit une des plus fortes baisses d’Ile de France sur la courte période de 2007-2009.

Une analyse de l’indice de développement humain (IDH) – indice statistique composite -conforte les indicateurs classiques de l’INSEE. Il intègre 3 critères majeurs :

  • la santé / longévité (mesurées par l’espérance de vie à la naissance), qui permet de mesurer indirectement la satisfaction des besoins matériels essentiels tels que l’accès à une alimentation saine, à l’eau potable, à un logement décent, à une bonne hygiène et aux soins médicaux ;
  • le savoir ou niveau d’éducation, mesuré par la durée moyenne de scolarisation pour les adultes de plus de 25 ans et la durée attendue de scolarisation pour les enfants d’âge scolaire ;
  • le niveau de vie (logarithme du revenu brut par habitant en parité de pouvoir d’achat), afin d’englober les éléments de la qualité de vie qui ne sont pas décrits par les deux premiers indices tels que la mobilité ou l’accès à la culture.

L’indice de développement humain (IDH) est de 0,40 sur les 2 communes contre 0,57 en moyenne en Ile de France et descend au niveau de 0,25 pour la seule commune de Grigny.

 

Caractéristiques sociodémographiques :

  • Une proportion importante de jeunes à Grigny et de personnes âgées à Viry-Chatillon
  • Concentration de personnes étrangères ou primo- arrivantes
  • Pauvreté, exclusion et forte précarité
  • Fort taux de chômage et difficultés d’accès à l’emploi
  • Des retards scolaires et des phénomènes de décrochage scolaire
  • Des écarts importants à la moyenne départementale en matière de santé et d’accès aux soins qui sont précisément diagnostiqués en 2014 dans le contrat local de santé
Grigny Viry- Chatillon Essonne
Evolution de la population • 1999-2005

6,7%

1,5%

4,5%

Population jeunes 0-19ans • 2007

37%

25%

27%

Part des familles de 4 enfants et plus • 2007

11,4%

3%

2,9%

Taux de familles monoparentales • 2007

21%

16%

14%

Taux de population étrangère • 2007

25%

9,7%

8,7%

Revenu net moyen déclaré par foyer fiscal • 2009

14720

24000

28000

Part des foyers fiscaux non imposables • 2009

64,6%

36,8%

33,9%

Taux de logements locatifs sociaux • 2005

44%

23%

23%

Taux de sur-occupation des logements • 2005

6,7%

2,3%

1,9%

Taux de chômage • 2005

16,2%

8,1%

7%

Taux de bénéficiaires des minima sociaux • 2005

22,7%

8,1%

8,4%

Taux de bénéficiaires CMU • 2005

21,4%

5,2%

5,3%

Taux de réussite scolaire au brevet • 2005

65,8%

81,3%

75,5%

Taux d’enfants bénéficiant de l’Aide Sociale à l’Enfance

5,6%

2,2%

1,8%

Des atouts favorables au développement

Le territoire dispose cependant d’atouts tels que la jeunesse et la diversité de sa population, la proximité de Paris et sa desserte par le RER D, un pôle gare à Grigny pouvant entrer en synergie avec le futur Grand Stade de Ris-Orangis, des entrées et sorties par l’autoroute A6, des atouts environnementaux, notamment avec les lacs de l’Essonne, des terrains disponibles pour accueillir notamment en zone franche urbaine des activités économiques. La zone d’aménagement concerté (ZAC) du centre-ville de Grigny, en cours de réalisation, qui prévoit la construction de logements et l’accueil d’activités, devrait ainsi contribuer à l’augmentation des bases fiscales.

Des leviers à l’échelle intercommunale et du quartier

Le territoire met en œuvre des programmes d’intervention spécifiques en matière de :

  • Rénovation urbaine : 3 Projets de Rénovation Urbaine (PRU) représentant 440 M€ d’investissements, ainsi que le projet en cours de la ZAC Centre-ville.
  • Requalification de copropriété dégradée avec deux plans de sauvegarde et un 3ème en cour de signature pour Grigny2 comme élément d’un projet plus large de redressement durable s’appuyant sur les dispositifs créés par la loi pour l’accès au logement et un urbanisme rénové.
  • Amélioration du cadre de vie et de déplacement avec un nouveau franchissement de l’autoroute ouvert à la circulation en 2014 et de nouveaux transports en commun à l’horizon 2017 (tram-train Massy-Evry – site propre de bus à haut niveau de service : ligne 402)
  • Développement économique et de l’emploi : une Zone Franche Urbaine (ZFU) adossée à la politique de l’emploi et du développement économique de la Communauté d’agglomération Les Lacs de l’Essonne (CALE) ; un PACTE pour l’emploi préparé par celle-ci avec la Région qui contribuera à alimenter le futur contrat de ville
  • Santé avec un projet local de santé s’appuyant sur un Atelier Santé Ville (ASV) piloté par le GIP et un contrat local de santé (CLS)
  • Réussite scolaire et lutte contre le décrochage scolaire avec les 5 établissements en éducation prioritaire , le Projet de Réussite Educative (PRE), la Veille éducative, la Maison de l’Innovation Pédagogique et de l’Orientation Professionnelle (MIPOP)
  • Prévention de la délinquance : deux Contrats Locaux de Sécurité à Grigny et à Viry-Chatillon ; une Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) à Grigny
  • Développement des énergies renouvelable et de la géothermie pour alimenter l’ensemble des quartiers prioritaires de Grigny et Viry-Chatillon, luttant ainsi contre la précarité énergétique et réduisant de manière significative les Gaz à effet de serre.

 

 

 

 

 


Des perspectives ouvertes pour une vision et une ambition renouvelées

Le territoire a déjà mobilisé

  • un Grand projet de Ville (GPV) au cours des années 2000-2006,
  • un contrat urbain de cohésion sociale (CUCS) de Grigny et Viry-Chatillon signé en 2007 pour un projet de développement intercommunale intégré modifié en 2012 par avenant expérimental,
  • 3 projets de rénovation urbaine (PRU) des Côteaux de l’Orge, de la Grande Borne et de  Grigny 2 signés en 2007,
  • Le FEDER avec le programme PIC URBAN 2000-2006 puis le programme In’Europe 2007-2013,

Il élabore en 2014, avec l’appui du GIP, un plan stratégique local pour analyser les acquis des projets de rénovation urbaine et mettre en perspective leur pérennisation ou leur développement, articulés avec les politiques sociales.

Il élabore également en 2014 avec l’appui du GIP un contrat de ville unique urbain et humain 2015-2020 pour une signature fin 2014. Ce futur contrat permettra une vision et une ambition renouvelées, en particulier :

  • sur l’emploi et la formation,
  • l’éducation et la petite enfance,
  • le « vivre ensemble » et la citoyenneté,
  • la prévention de la délinquance et la tranquillité publique
  • la santé avec le contrat local de santé
  • et la rénovation et les fonctions urbaines.