Le Groupement d'Intérêt Public de Grigny et Viry-Chatillon

La charte d’insertion

LA CHARTE LOCALE D’INSERTION : OBJECTIFS ET CONTENU

 

Les 15 partenaires signataires de la charte (Villes de Grigny et Viry-Chatillon, Communauté d’Agglomération Les Lacs de l’Essonne, Etat, Conseil Général de l’Essonne, bailleurs, structures de l’insertion et de l’emploi) s’engagent à réserver une partie des emplois créés dans le cadre de la rénovation urbaine (5% des heures travaillées) aux demandeurs d’emploi les plus en difficulté.


Cette charte s’applique aux trois programmes locaux de rénovation urbaine financés par l’ANRU (Grande Borne, Grigny 2, Coteaux de l’Orge), qui représentent ainsi un potentiel de création d’emploi en insertion de plus de 300 000 heures, soit environ 250 emplois équivalent temps plein (ETP).

Afin de rendre ce dispositif plus efficace, il a été décidé de confier sa mise en œuvre à une structure unique. Le PLIE nord Essonne a ainsi été désigné pour tenir ce rôle de « guichet partenarial mutualisateur ». Cette mutualisation permet en particulier de construire de véritables parcours vers l’emploi durable et de proposer aux entreprises une offre de services plus large.

Cette charte locale d’insertion est conforme à la charte nationale ANRU et prend en compte la charte de la plateforme pour l’emploi et la formation dans le BTP en Essonne.

 

Premiers résultats

Depuis la mise en œuvre des programmes de la rénovation urbaine, le PLIE Nord Essonne comptabilise un nombre d’heures d’insertion réalisé s’élevant à 50136 soit 33 Equivalent Temps Plein, qui bénéficient à 63 personnes.

Le PLIE indique que ce public bénéficiaire est composé à 80% d’hommes. Sa moyenne d’âge se situe à 32,5 ans et la moitié des personnes ont moins de 26 ans ; 84% ont un faible niveau de qualification de niveau V ou V bis (sans formation). Ce public vient à 73% de Grigny, 11% de Viry-Chatillon, et 72% résident en ZUS. Près de 60% d’entre eux n’a pas de ressource directe ou dépend du revenu du conjoint, 20% touchent les ASSEDIC et 22% le RMI/API/ASS.

Ce sont 22 entreprises qui participent à la mise en œuvre de la clause d’insertion. Les contrats conclus sont pour 28% des CDI, 44 % des CDD, 9% des contrats de professionnalisation et 14% de l’Intérim. Les CDD conclus font souvent offices de porte d’entrée et de période test pour l’intégration pérenne dans l’entreprise.

La nature des postes est fortement corrélée à la nature des chantiers et à l’avancement des travaux (19% de manœuvre, 10% d’ouvriers VRD…). Néanmoins des opportunités sur des postes de secrétariat, d’agent de service, d’aide de cuisine ont permis l’embauche de 8 femmes.

Capture d’écran 2014-06-10 à 14.04.17

 

 

LA CHARTE D’INSERTION EN 2009

Un premier bilan partenarial a eu lieu un an après la signature de la Charte locale d’insertion de Grigny et Viry-Chatillon (téléchargeable sur le site du GIP : www.gipgrignyviry.fr).

Depuis un an, 60 participants bénéficient de ce dispositif et 22 entreprises réalisent les heures d’insertion liées aux marchés de la rénovation et s’engagent même au delà. Il se dégage que les efforts d’insertion au-delà des marchés ANRU doivent être poursuivis, d’autant plus dans un contexte de crise, particulièrement défavorable aux habitants des quartiers populaires.
L’emploi des bénéficiaires du dispositif doit être consolidé.

Le recours aux Structures d’insertion par l’activité économique demande à être développé. Les besoins de formation nécessitent d’être mieux anticipés afin de favoriser une insertion durable. Pour pérenniser l’action, le PLIE Nord Essonne, financeur exclusif, a demandé une subvention dans le cadre du CUCS. Une seconde formation sur les clauses sociales dans les marchés publics sera organisée prochainement.

 

Le PLIE Nord Essonne, choisi comme guichet unique entre l’offre (les marchés) et la demande (les demandeurs d’emploi ciblés), a mis en place une cellule ANRU positionnée au Centre de Formation et de Professionnalisation de Grigny.

Un public bénéficiaire tel que ciblé par la Charte locale 

ChantierBACOTRA

La Charte locale d’insertion privilégie les habitants des ZUS tout en laissant la porte ouverte à l’ensemble du public en difficulté d’insertion (personnes éloignées de l’emploi, peu qualifiées…).

Ainsi jusqu’à présent :

  • 75% des bénéficiaires habitent en ZUS,
  • 90% ont un faible niveau de qualification inférieur ou égal à celui du BEP-CAP,
  • 50% n’ont pas de ressources directes, 25% touchent le RMI/API/ASS, et 17% touchent les ASSEDIC
  • Les bénéficiaires ont majoritairement plus de 45 ans ou moins de 26 ans,
  • 73% du public vient de Grigny, ce qui s’explique en partie par l’antériorité de la mobilisation de la Ville et des acteurs de l’emploi autour des clauses d’insertion, ainsi que par la forte proportion du public en situation de précarité sur le territoire.

 

UNE INSERTION DURABLE

Chantier APPA

Crédit photo :Le PLIE Nord Essonne

Contrats conclus : 24% de CDI, 44 % de CDD, 10% des contrats de professionnalisation et 16% de l’Intérim.
Si certains recrutements se font directement en CDI, les CDD conclus font souvent offices de porte d’entrée et de période test pour l’intégration durable dans l’entreprise. Les personnes entrent en effet ainsi dans un parcours où chaque expérience renforce leurs compétences.
Le type de poste proposé est en rapport avec l’avancement des travaux. Ainsi plus de 50% des postes proposés relèvent du gros œuvre (Manœuvre, Maçon VRD, Ouvrier démolisseurs…) laissant encore peu de place à des métiers du second œuvre tels que peintre, électricien, plombier mais aussi à des métiers que des femmes peuvent exercer.